Les enfants de la Terre – Saga

Dans ma bibliothèque comme dans ma librairie, il y a des ouvrages intemporels. Pas dans le sens où ce sont des classiques ou des références en littérature, mais plutôt dans celui où il devra toujours être présent dans mes rayons. L’une de ces séries, c’est Les Enfants de la Terre, de Jean AUEL. Quand on me parle de cette série, ma réaction commence toujours par : « C’est super mais … » Petit topo sur un coup de cœur qui, pour moi, a perdu en succès à trop vouloir le suivre.

lesenfantsdelaterre11

Cette série comporte officiellement six tomes, mais les deux derniers ( 5 et 6 ) sont séparés en deux parties (la première et la deuxième chacun). Ce qui fait une longue saga haletante de huit tomes. Cette saga préhistorique suit Ayla, jeune femme des cavernes (bon, petite fille puis jeune femme), à travers son enfance chez les Néanderthals jusqu’à sa vie chez son peuple d’origine, les Homo Sapiens.

Il y a deux points forts dans ces livres qui m’ont littéralement happée : l’excellente plume de Jean AUEL qui m’a tenue en haleine presque jusqu’au bout, et sa connaissance précise et large à la fois de la préhistoire, plus particulièrement des hommes préhistoriques. Le tout est empreint de justesse, de véracité et de vie qui crée toujours chez moi une boulimie de lecture allant presque jusqu’à la fin de la série.

Là arrive le « mais« . Si les tomes, les uns après les autres, augmentent en puissance, cela ne dure pas. Le succès de la série a mis beaucoup de pression sur son auteur, qui continua à écrire, mais peut-être plus vite, peut-être avec une intention de vendre plus marquée. Le tome 5, avec sa division en deux parties, est l’amorce de la descente de la saga, avec plus de passages à vide, plus de passages déjà-vus, ou recyclés. Disons-le franchement, ça ralentit !

Après le 5, je me suis presque forcée à attaquer le 6, en espérant un sursaut dans l’intrigue. Hélas, la déception est allée jusqu’au bout du dernier demi-tome. J’ai presque senti que le 6 était en trop, comme un épilogue trop long imposé à l’auteure. Aussi, voici mon conseil : arrêtez-vous au 5, cela vous évitera une petite déception sur cette série autrement haletante, page-turner et addictive !

Aylament votre,

Cat

Cat

Publicités
Cet article, publié dans Action/Aventure, Historique, Littérature étrangère, Romance, Série, Tranche de vie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s